Telegram a essayé de trouver un moyen d’arranger les choses. L’entreprise approche ses investisseurs séparément en deux tours, demandant une prolongation pour livrer TON et promettant de le faire avant le 30 avril 2020.

Dans un courriel envoyé aux investisseurs, Telegram a demandé cette prolongation. Mais si la majorité des investisseurs ne sont pas d’accord avec la proposition, Telegram devra respecter la promesse initiale faite et rembourser aux investisseurs 77 % de leur argent.

L’entreprise a pris une décision stratégique après avoir évalué la situation. Elle a abordé les investisseurs de différentes manières en les divisant en deux groupes. Si les décisions du groupe s’opposent, alors Telegram mettra fin à l’entente avec le groupe qui n’accepte pas une prolongation.

Des modifications seront apportées à l’accord avec le groupe qui serait d’accord, et le délai sera prolongé jusqu’au 30 avril 2020. Telegram a proposé que moins de jetons ne soient émis et distribués à la date du lancement.

Cela dit, les deux groupes devront signer l’entente avec Telegram. Et, ceci doit être fait avant le 23 octobre 19 – un jour avant que le cabinet n’ai l’oglibation d’assister à l’audience devant le tribunal.

Le courriel envoyé par Telegram à ses investisseurs mentionnait que l’entreprise ne serait pas en mesure de lancer le TON d’ici la fin octobre, conformément à l’entente. Elle a déclaré que la plainte de la SEC rendait le ” timing inatteignable “.

Telegram est dans le pétrin depuis que la SEC (United States Securities and Exchange Commission) a déposé une plainte selon laquelle la vente de jetons Gram (sa crypto-monnaie) était illégale, et l’entreprise n’a pas fourni les détails nécessaires pour vendre les jetons. La SEC a déclaré que les jetons Gram sont considérés comme des titres.

Telegram a déposé une plainte selon laquelle les jetons Gram ne sont pas des titres, et la mesure d’urgence prise par la SEC ” va à l’encontre de son propre point de vue concernant d’autres crypto-monnaies, de la jurisprudence de longue date de la Cour suprême et du bon sens “.

Le dépôt indiquait que Telegram avait conclu un ” contrat d’achat privé avec un nombre limité d’acheteurs hautement sophistiqués qui prévoyait le paiement futur des tokens, mais seulement après l’achèvement et le lancement de la Blockchain TON “.

Le dépôt a également ajouté que les tokens seront une monnaie ou une marchandise (comme l’or/argent, etc.) et non une sécurité une fois que la TON Blockchain sera lancée. Il a dit que Telegram est prêt à retarder le lancement jusqu’à ce que tous les problèmes de réglementation soient résolus.

Telegram a également demandé au tribunal de rejeter la demande d’injonction de la SEC ainsi que la demande de produire des documents et des témoins. Le procureur aurait joint une copie de l’assignation signifiée par la SEC et de la correspondance par courriel entre la SEC et Telegram à titre de documents supplémentaires.

Telegram doit être envoyé à la SEC à New York le 24 octobre 19. L’entreprise cherche à prouver que l’évaluation de la SEC au sujet des jetons de Gram était incorrecte.


Vous souhaitez en apprendre plus ? Cet article est susceptible de vous intéresser : 

Conférence de Libra à Genève – 21 organisations adhèrent officiellement au projet

 

Share This