Comment tracer les supports et résistances en trading ?

La première des choses, et sûrement l’une des plus essentielle, est de comprendre qu’il faut trader des prix. Cela implique différents niveaux que le marché va particulièrement marquer. On appelle ces niveaux ‘’supports’’ et ‘’résistances’’.

Supports : un support est un seuil ou un niveau technique à partir duquel les acheteurs trouvent les prix intéressants et décident d’entrer sur le marché à l’achat, faisant monter les prix.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 16.32.19 1

Résistances : une résistance est un seuil ou un niveau technique à partir duquel les vendeurs trouvent les prix intéressants, et décident d’entrer sur le marché à la vente, faisant chuter les prix.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 16.29.43 1

Ce qu’il faut comprendre, c’est la psychologie qui se cache derrière ces niveaux techniques.

Les supports et résistances sont des niveaux sur lesquels les différents acteurs du marché (Banque, fonds d’investissement mais aussi traders particuliers qu’ils soient professionnels ou juste amateurs) prennent position. Ce sont donc des ‘’seuils psychologiques’’ et se sont souvent des chiffres ronds ou des niveaux historiques.

Lorsqu’un support est cassé, il devient très souvent résistance par la suite : cela s’appelle une inversion de polarité. Cela s’explique par ce que l’on appelle ‘’la mémoire du marché’’. En effet, le marché, c’est-à-dire les différents intervenants qui y effectuent des opérations, voient tous la même chose et se souviennent des niveaux techniques importants. Ces niveaux sont donc enregistrés par le consensus et lorsque les prix y reviennent, il est très probable qu’une grande majorité de traders y effectuent une opération : d’où une réaction des prix.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 17.26.25

Un support devenu résistance : une inversion de polarité.

 

Pourquoi considérer les supports et résistances comme des ‘’zones’’ plutôt que des niveaux fixes ?

 

Très souvent, l’on a tendance à tracer ses différents niveaux techniques par une ligne fixe.

Or si le marché se souvient des anciens niveaux travaillés et possède une mémoire, les niveaux doivent toujours être considérés comme des zones de prix plus que comme des prix fixes.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 18.59.29

La zone des 6,600 $ – 6,640 $ est une puissante résistance pour le Bitcoin.

 

De plus, il est intéressant de noter que le marché est souvent piégeur. En effet, les ‘’excès’’ sont fréquents et les prix ont très souvent tendance à légèrement déborder un niveau technique avant de réintégrer les zones de prix dans laquelle ils se situaient.

Cela s’appelle une « fausse cassure » et c’est le cauchemar des traders sur breakout.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 18.29.14 1

Comme l’on peut le voir sur l’action de prix de la crypto-monnaie NEO, le marché a très nettement ‘’marqué’’ une résistance entre 137 $ et 138.5 $ mais lorsque les prix sont remontés pour travailler une nouvelle fois cette zone, le marché à fait ce que l’on peut qualifier d’excès en débordant très légèrement cette résistance, puis à réintégrer.

Cela s’explique généralement par le fait que de nombreux traders se placent à la vente lorsque les prix reviennent chercher la résistance et placent leur stop au-dessus de ce niveau : les markets makers (dont le but est d’aller « chercher la liquidité ») vont donc très souvent chercher à faire monter les prix pour aller chercher les stops trop proches. Nous y reviendrons plus en détail dans un autre chapitre.

Voilà pourquoi il faut toujours considérer les niveaux techniques comme des « zones » et jamais comme des lignes figées. Sinon, ce serait trop facile !

Maintenant que nous savons tracer des « niveaux techniques », c’est-à-dire des zones que le marché a particulièrement marquées (et qui seront probablement vus et en conséquence trader par les différents intervenants), à savoir les supports et les résistances, nous allons nous intéresser à la façon la plus optimale de trader ces niveaux.

 

Comment trader les supports et résistances ?

 

Ces zones techniques sont celles que vous voulez trader. Pourquoi ? Parce que ces niveaux vous offrent, si vous les tradez intelligemment, un avantage statistique sur le marché. Pour comprendre ce qu’est un avantage statistique, je vous invite à jeter un coup d’œil dans la rubrique ‘’avantage statistique’’.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 19.51.35 1

 

Sur la zone technique des 11 600 $ – 11 800 $ les prix se sont heurtés à un consensus vendeur : une résistance pouvait être tracée. Par la suite, les cours ont baissé jusqu’au support des 9 400 $ – 9 300 $. Puis les cours sont de nouveau remontés jusqu’à l’ancienne résistance et ont été rejetés à la baisse nous indiquant que les vendeurs tenaient toujours cette zone. Un trade était envisageable : une vente avec un STOP LOSS au-dessus du dernier plus haut et un TAKE PROFIT au niveau de la dernière résistance permettait d’obtenir un ratio correct de plus de 3 contre 1. C’est en vous plaçant sur des niveaux de supports et résistances que vous obtiendrez le plus de probabilité de réussite pour vos trades. C’est également des zones qui vous offriront les ratios les plus importants.

Il est important de bien comprendre qu’en matière de swing trading comme en matière de trading intraday, le ratio (ou ‘’risk / reward’’ en anglais) est l’un des facteurs essentiel pour ne pas dire sine qua non d’un trading gagnant. Celui-ci doit être le plus élevé possible tout en restant objectif, ce qui est souvent difficile à faire !

Stratégie basique pour du swing / day trading

 

Reprenons l’exemple du trade précédent en l’implémentant maintenant dans une stratégie globale. Cette stratégie, très commune, est utilisée sur tous les types de trading et donne des résultats particulièrement efficaces pour les traders pratiquant le swing / day trading.

Premièrement : définir un contexte général pour en tirer un biais (plutôt acheteur ou vendeur)

Premièrement, il faut définir un cadre général pour savoir dans quelle sens l’on effectuera ses prochains trades. Si nous prenons l’exemple d’un swing, nous commençons par regarder une unité de temps plutôt élevée, comme par exemple le journalier. Nous traçons nos niveaux techniques sur un graphique journalier (chaque chandelier représente une journée de cotation). Nous traçons ce niveau en considérant que la zone de rejection se situe au niveau de la mèche (les acheteurs / vendeurs repoussent les cours jusqu’à la clôture de la bougie).

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 21.06.46 1

Une résistance peut être tracée : on place une alerte sur notre plateforme sur le prix de 11 600 $ pour être alerté lorsque les prix viendront chercher cette zone

 

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 21.04.42 1

Notre alerte est déclenchée et nous recevons un e-mail / SMS de notre plateforme de trading nous indiquant que les prix sont remontés sur un niveau technique intéressant : ils se heurtent une fois encore à cette grosse résistance que nous avions tracée. Deux chandeliers d’indécision se dessinent en journalier nous indiquant une probabilité non négligeable de retournement du marché car nous sommes sur une zone technique importante.

Cette étape est essentielle car elle nous permet de définir notre biais : nous serons baissiers sur ce trade car le marché est indécis sur un niveau technique préalablement identifié. Il est maintenant intéressant d’aller voir ce qui se passe sur les unités de temps inférieures pour obtenir plus d’informations et savoir si nous souhaitons prendre ce trade, ou pas.

     Deuxièmement : descendre sur les UT inférieures pour y voir plus clair et comprendre l’action des prix

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 21.25.52 1

Ce graphique en H2 nous permet de mieux comprendre les différentes forces en présences. Etant donné que nous sommes sur une résistance, les acheteurs vont probablement revendre leurs positions pour encaisser des bénéfices ce qui aura tendance à ralentir la hausse des prix.

A cela s’ajoute des vendeurs qui vont très certainement entrer en position pour vendre le marché. Cette double pression aura probablement l’effet de faire chuter les prix et il peut être intéressant de chercher à entrer en position en utilisant un indicateur, oscillateur ou toute autre donnée qui nous confirmera dans notre prise de décision.

 

Troisièmement, nous recherchons une confirmation avant d’entrer en position.

Nous n’entrons pas en position au hasard. Nous attendrons d’avoir une confirmation à travers les prix. Pour cela, il existe des milliers de possibilité différentes : les ratios Fibonacci, Gan, les Bandes de Bollinger, les moyennes mobiles, les points pivots, les indicateurs / oscilateurs et j’en passe. Personnellement, j’utilise très souvent les chandeliers japonais pour entrer en position. Pour cet exemple, nous utiliserons pour ce trade l’indicateur le plus utilisé dans le monde du trading pour ‘’confirmer’’ notre biais vendeur : le RSI.

En effet, une divergence est désormais bien visible sur le RSI.

Nous décidons donc de vendre cette résistance avec un stop au-dessus de l’ancien plus haut. Notre objectif a également été tracé en journalier et il s’agit de l’ancien support que nous avons dessiné, entre 9400$ et 9600 $. Nous plaçons donc un ordre limite sur cette zone de prix, à $9,500. Ce trade nous permet d’obtenir un ratio de 3 ce qui, en swing trading, est correct.

 

Capture d’écran 2018 10 10 à 21.35.05 1

Les prix chutent rapidement, démontrant que nous avions raisons sur notre biais baissier : les vendeurs tiennent toujours et zone et ayant revendu la résistance, ont fait chuter les prix. Notre ordre limit est exécuté à 9500 $ et nous sortons du marché avec ce joli gain.

Bien entendu, ce trade aurait tout aussi bien pu être perdant. Il n’y a jamais de certitude de l’action future des prix. Personne, jusqu’à preuve du contraire, ne lit l’avenir.

Mais en vous plaçant sur des zones de prix intéressants, des supports et des résistances, cela vous permet simplement d’avoir une probabilité correcte de réussite de votre trade et d’avoir un ratio supérieur à 1. Vous avez ce que l’on appelle un ‘’avantage statistique’’ ou un ‘’avantage mathématique’’.

Le reste appartient au marché, c’est à dire au hasard.


Vous souhaitez en apprendre plus? Retrouvez nos articles en lien avec ce sujet :

Les points pivots
“Les extensions fibonacci”
On Balance Volume (OBV)

 

Share This