La Financial Services Commission (GFSC) de Gibraltar octroie une Distributed Ledger Technology Providers License à la bourse locale de contrats à terme et d’options sur crypto Quedex.

En obtenant la licence, Quedex devient la première bourse de contrats à terme et d’options spécialisé sur les crypto-actifs. Gibraltar est devenu un véritable vivier de crypto-projets ces dernières années car c’est l’une des premières juridictions à avoir réglementé l’industrie des actifs numériques et des ICO.

Selon l’annonce publique faite mercredi par le porte-parole de Quedex, le fournisseur de la licence DLT était le fournisseur de l’entreprise et soutenait le commerce des dérivés crypto comme les futures Bitcoin par exemple. Conformément à la licence, Quedex peut également fournir des services de conservation de crypto.

Le cofondateur de Quedex, Wiktor Gromniak, a déclaré que l’introduction de contrats à terme et d’options est cruciale pour construire des marchés financiers transparents afin que l’industrie des crypto-monnaies puisse mûrir. Comme les contrats à terme standardisés et les options sont des instruments très sophistiqués, ils contribueront à accroître la confiance des traders et des investisseurs dans le marché des crypto (ou tout du moins à légitimer la spéculation sur ces actifs hautement volatiles).

Après avoir obtenu la licence, Quedex devient la première bourse de contrats à terme et d’options sur crypto de son genre. Il aura fallu 15 mois à Quedex pour se conformer entièrement aux neuf principes réglementaires établis par l’organisme de réglementation de la Financial Services Commission (GFSC). Quedex a fonctionné selon les conseils des avocats de PRT et a travaillé avec les autorités pour remplir toutes les conditions posées pour obtenir la précieuse licence.

Saluant les opérations de la bourse de Quedex, l’honorable Albert Isola MP, ministre du commerce de Gibraltar, a déclaré que Quedex a, dès le début, suspendu sa plainte à l’égard des règles de crypto de Gibraltar. Il a ajouté qu’avec cette licence, Quedex évoluera rapidement et consciencieusement dans le domaine de la crypto-monnaie, ce qui contribuera à la pérennité de l’industrie toute entière. Gibraltar dispose d’un nombre d’exchanges disposant d’une license assez important.

Institutional cryptocurrency exchange LMAX Digital et CEX.IO ont obtenu leur licence au mois de mars et juin 2019 respectivement.

Gibraltar a ouvert la voie des exchanges règlementés et régulé dans l’univers crypto.  

 

Quedex Exchange se concentre sur un large éventail de clients. La longue liste de clients comprend des mineurs, des traders, des investisseurs institutionnels et des hedgers (qui mettent en place des stratégies de couverture). Grâce à cette licence, les utilisateurs de Quedex peuvent désormais négocier des contrats à terme standardisés et des contrats d’options sur actifs cryptés de manière totalement transparente sur une plate-forme sécurisée. Avec la licence DLT, les utilisateurs peuvent couvrir leurs investissements contre la volatilité du marché, car la négociation aura lieu dans un environnement réglementé.

Selon le communiqué de presse de Quedex concernant la licence, le support réglementé actuel ne concerne que les dérivés à base de bitcoins, mais dans un avenir proche, de nombreux autres supports devraient être ajoutés.

Wiktor a déclaré que la licence DLT devrait augmenter le nombre d’investisseurs institutionnels car la transparence sera plus grande. Ajoutant à la même Wiktor a déclaré que c’était un moment de fierté pour Quedex d’être autorisé par une juridiction avant-gardiste comme Gibraltar.

Avec les opérations sous licence, Quedex s’engage à rester conforme au cadre réglementaire DLT de Gibraltar. Ces principes tournent autour de la protection des consommateurs et des intuitions qui utilisent les actifs numériques.


Vous souhaitez en apprendre plus ? Cet article est susceptible de vous intéresser : 

Corda, la célèbre R3 double la taille du bureau de Londres

 

Share This