Le Libra de Facebook a dû faire face à beaucoup de pression réglementaire, mais cela n’a pas dissuadé les concurrents de s’inspirer de son stable coin qui est encore à quelques mois de son lancement.

L’exchange de crypto-monnaies Binance, situé à Malte, a annoncé sur son projet Venus le 19 août que la pièce stable serait rattachée au dollar américain ou à l’or. Binance détient une position dominante dans l’espace des crypto-monnaies en tant que leader en termes de volume. Inspiré par le Libra de Facebook, le projet de stable coin de Binance sera également un projet de Blockchain ouverte. Une fois développée, la plate-forme soutiendra le développement de pièces stables et localisées. Le monde a été témoin de l’attention négative que la Libra a attiré, et Binance semble avoir contourné le problème en gardant l’annonce discrète sur leur site officiel.

Selon Yi He, co-fondateur de Binance, dans un proche avenir, les pièces ‘’traditionnelles’’ seront remplacées par des pièces stables et une nouvelle norme d’économie numérique sera établie. Partageant sa vision, M. Yi a ajouté que Binance souhaite remodeler le système financier à travers le monde afin d’y ajouter tangibilité, sécurité et efficacité. Actuellement, le numéro un des excahnges étudie les possibilités de partenariat avec des organismes publics et des entreprises qui sont prêts à introduire et à soutenir des stable coins.

L’infrastructure de la Binance-Chain et son système de paiement transfrontalier seront vraisemblablement utilisés pour soutenir les nouveaux stable coins. Dans le passé, Binance a lancé de nombreuses pièces stables comme BTCB (Bitcoin-pegged) et BGBP (British Pound-pegged).

À l’heure actuelle Balance est un pas en avant comparativement à Facebook qui a déjà établi un partenariat avec de multiples entreprises pour soutenir l’existence de Libra, mais Binance, d’autre part, vient d’annoncer le lancement de son stable coin Vénus en invitant les participants à sa plate-forme.

Conformément à l’annonce officielle de Binance, l’infrastructure technique, le système de contrôle des risques et le réseau existant seront utilisés pour soutenir le développement de Vénus. Malgré les turbulences du marché provoquées par l’annonce du Libra, Binance a pris l’initiative en s’inspirant du projet de Facebook. Vénus aura un avantage sur Libra car Binance est une entité crypto déjà bien établie et de nombreux utilisateurs crypto font confiance à cette plateforme, pourtant relativement nouvelle.

 

Pendant ce temps, une délégation de six membres de la Chambre des représentants des États-Unis se rend en Suisse pour rencontrer Adrian Lobsiger, Commissaire fédéral à la protection des données et à l’information (PFPDT) de la Suisse, dont le Libra est le principal sujet.

La délégation est conduite par Maxine Water, présidente de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants, qui se contentait auparavant de s’interroger sur Libra en raison des risques que cette monnaie numérique pouvait faire courir aux systèmes financiers.

La pièce Libra devrait être réglementée à partir de la Suisse. David Marcus, responsable du projet, a assuré à plusieurs reprises qu’il était en contact avec l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. D’autre part, Hugo Wyler, chef des communications du PFPDT, a déclaré n’avoir reçu aucune communication de Facebook concernant l’enregistrement de Libra. Il a été demandé à l’association Libra de fournir l’état d’avancement du projet afin que le PFPDT puisse déterminer quels types de pouvoirs de supervision seraient requis pour l’exécution du projet.

Au milieu de tout ce battage médiatique, on s’attend à ce que Binance contourne soigneusement la réglementation pour lancer Vénus.


Vous souhaitez en apprendre plus ? Cet article est susceptible de vous intéresser : 

Une start up Singapourienne tente de façonner une ville intelligente fonctionnant sur Blockchain

Share This