Deux représentants, French Hill et Bill Foster, ont envoyé une lettre au président de la Réserve fédérale, Jérôme Powell, le 30 septembre 19.

Exposant leurs préoccupations au sujet des risques pour le dollar américain si un autre pays crée et utilise la crypto-monnaie, les représentants ont suggéré à la Réserve Fédérale d’envisager de créer sa propre crypto-monnaie. Ils ont déclaré que l’adoption généralisée des monnaies numériques pourrait mettre en péril à long terme l’essentiel du dollar américain.

“À l’échelle internationale, la Banque des Règlements Internationaux a mené une étude qui a révélé que plus de 40 pays à travers le monde ont actuellement développé ou envisagent de développer une monnaie numérique’’.

Les deux membres du Congrès ont déclaré que la banque centrale des Etats-Unis a “la capacité et le rôle naturel de développer une monnaie nationale”. Ils estiment que la Réserve Fédérale peut développer un système financier plus sûr et plus stable grâce à l’émission d’une monnaie numérique nationale.

Les législateurs ont insisté dans leur lettre sur le fait que les États-Unis ne devraient pas compter sur les sociétés privées pour ce faire. La lettre mentionnait spécifiquement Libra, la pièce de monnaie numérique de Facebook, ainsi que JP Morgan et Wells Fargo.

“La proposition Facebook/Libra, si elle est mise en œuvre, pourrait éliminer des aspects importants de la gouvernance financière à l’extérieur du territoire américain. Dans le secteur privé, J.P. Morgan est récemment devenue la première banque américaine à créer et à tester avec succès une pièce numérique représentant une monnaie fiduciaire. De plus, l’an prochain, Wells Fargo prévoit commencer à mettre à l’essai Wells Fargo Digital Cash qui sera une crypto-monnaie indexée sur le dollar américain.”

Hills et Foster ont ensuite posé beaucoup de questions à la banque centrale au sujet de la monnaie numérique. Qu’il s’agisse de savoir si la Fed cherche à développer une monnaie numérique nationale ou quels problèmes se poseraient légalement au cours du processus, quels seraient les risques du marché et les avantages d’un tel plan d’action, les deux membres du Congrès ont souligné qu’avec le potentiel des monnaies numériques, il serait impératif que la Réserve Fédérale se charge du projet de développer une monnaie numérique nationale américaine.

L’an dernier, Sheila Bair, ancienne présidente de la Federal Deposit Insurance Corporation, a également recommandé à la Fed d’envisager la création d’une monnaie numérique. Cette mesure a été suggérée comme un moyen d’éviter les perturbations causées par un autre pays ou par le secteur privé.

Simon Potter, un ancien fonctionnaire de la Réserve Fédérale, a déjà déclaré que de telles propositions visant à réduire la domination du dollar américain et à le remplacer par la monnaie numérique n’ont aucun sens et sont absurdes.

“Je ne vois pas d’argument qui aurait du sens si l’on avait quelque chose d’aussi compliqué quand on a de grands marchés financiers liquides aux États-Unis. L’absence d’une seule monnaie dans laquelle on peut fixer les prix et avoir un marché profond, qui rend la vie beaucoup plus difficile à l’économie mondiale.

Il a également ajouté qu’il est très peu probable que les banques centrales ” coordonnent leurs activités autour d’une monnaie virtuelle “, bien que les entreprises privées soient disposées à le faire. Simon Potter a également déclaré que les banques centrales devraient être très préoccupées par le fait que les banques privées se lancent dans ce projet.


Vous souhaitez en apprendre plus ? Cet article est susceptible de vous intéresser : 

La banque allemande WEG Bank AG traitera les paiements en crypto-monnaies en 2020

 

Share This