La Blockchain, c’est quoi ?

Par définition, la blockchain est une base de données permettant de transmettre de l’information en peer-to-peer de façon transparente (les transactions sont visibles par tous), sécurisée (les données sur la blockchain ne peuvent être modifiées, ni falsifiées) décentralisée (sans organe de contrôle) autonome (sans intervention humaine) tout en étant extrêmement rapide (la rapidité de transaction de la blockchain est nettement supérieure à celui du réseau bancaire) et économe (les frais de transaction sont nettement inférieurs aux frais de transactions bancaires).

  • Transmission d’information : La blockchain permet de transférer tout type d’information et d’actif, comme un dossier, une monnaie, un titre, une action, ou encore un vote entre plusieurs parties.

9636

  • Transparent : Les informations sont transparentes car visibles par tout le monde. Chaque transaction peut être consultée par vous et moi, depuis la création de la blockchain. Tout comme l’identité virtuelle de l’émetteur et le destinataire de la transaction.

Évidemment son nom n’apparaîtra pas publiquement mais leur adresse de portefeuille (ressemblant à ceci 0xE3024d368717fd123951b01b8d45F03567cB518E une suite de plus ou moins 40 chiffres et lettres. À ne pas confondre avec la clef privée, permettant de décrypter et d’accéder à votre portefeuille, qui ressemble à ceci : 43b5efe89a22be17d8e773888dcb1890c31443eb95e6ac40f64501fd251f1cd8, une suite de plus ou moins 60 chiffres et lettres).

Et là vous vous dites, ouais du coup transparent pas vraiment, on ne sait pas qui se cache derrière cette adresse. Vous avez raison, à première vue c’est anonyme. Mais avec quelques connaissances en informatique, c’est relativement simple de découvrir qui peut se cacher derrière cette adresse. Exception faite de certaines monnaies qui ont fait de l’anonymat leur force, comme la crypto-monnaie Monero. Attention il existe des blockchains dîtes privées qui régulent cette accessibilité à certaines personnes. Ceci peut être compréhensible par exemple pour une entreprise qui ne voudrait pas que ses informations confidentielles soient visibles par tous et notamment ses concurrents, ou la presse… Mais nous y reviendront plus en détail dans cet article. (Analyses des différents types de blockchain)

 

  • Sécurisée : Le réseau ne peut pas être corrompu, les données sont infalsifiables. En théorie, il est possible de prendre le contrôle d’une blockchain avec une puissance de calcul informatique énorme, soit au moins 51% de la puissance du réseau.
    En pratique, cela aurait pour conséquence d’altérer considérablement sa valeur. Nous avons déjà vu ce cas de figure sur des blockchains disposant d’un faible volume de transaction, donc de mineurs. (Comme Verge début 2018) Il est littéralement impossible d’effectuer une attaque informatique sur la blockchain bitcoin par exemple.

 

  • Décentralisée :
    Lorsque vous faites une transaction par l’intermédiaire de votre banque ou d’un système de paiement type Paypal, vous êtes dépendant d’un tiers et devez lui faire confiance. La banque ou le système de paiement va donc posséder votre argent et s’occuper de vérifier la transaction elle-même.
    Sur la blockchain, vous allez faire confiance au « peuple » pour vérifier votre transaction, et les personnes s’occupant de la vérifier (les mineurs) ne posséderont pas votre argent. En effet, c‘est une multitude d’ordinateurs autour du monde qui vérifieront plusieurs fois la faisabilité de votre transaction et l’exécutera, ou non.

 

  • Autonome : Certaines blockchains (comme l’Ethereum) permettent également la programmation de « smart-contract » ou contrat-intelligent, non restreint par le code de programmation, (à l’inverse du bitcoin) qui s’exécutera automatiquement lorsque les obligations d’un parti ou de plusieurs partis seront remplis.

Si vous voulez par exemple signer un contrat avec une personne à l’international et que vous êtes en France, vous devez lui verser une certaine somme d’argent pour un service. Il est donc préférable de passer par un tiers de confiance pour être sûr qu’il réponde à ces obligations et ne s’envole pas avec votre argent. C’est donc tout l’intérêt du contrat intelligent, qui s’effectue sans tiers de confiance.

  • Rapide et économe : Avez-vous déjà effectuer un virement à l’international avec votre banque ? 3 jours pour ajouter un RIB (par sécurité) et entre 2 et 5 jours ouvrés pour recevoir le virement. La plupart des banques proposent des frais fixes + un % de la somme versée, ce qui revient souvent à très cher lorsque le montant est important. Avec l’exemple de TransferWise, une société britannique qui élimine les frais cachés dans les virements bancaires, et promet des virements moins chers que les banques. Un virement d’1 million d’euros aurait couté 7 500€ en frais chez eux.
    La blockchain Bitcoin quant à elle permet d’effectuer un transfert en quelques dizaine de minutes, l’Ethereum en 2 minutes et le Ripple 4 secondes partout dans le monde.

Les frais de transaction sont presque inexistants. Avec l’exemple d’un millionnaire qui a transféré 194 millions $ pour seulement 0.10 $ de frais.

La blockchain, ça fonctionne comment ?

La blockchain marche principalement soit avec un token, soit une crypto-monnaie. Il est important de différencier la blockchain Bitcoin qui est la technologie de fonctionnement derrière la crypto-monnaie Bitcoin.
La première étape lorsque vous souhaitez utiliser une blockchain est de créer un wallet, soit un portefeuille numérique. Vous pouvez vous en créer un en ligne facilement en quelques secondes. Ensuite il faudra vous inscrire sur une plateforme d’échange de crypto-monnaie.

Attention de choisir une plateforme où vous pouvez acheter directement en euros et en dollars car certaines plateformes ne proposent que des achats de cryptos avec des cryptos. Vous allez ensuite transférer votre crypto-monnaie fraichement acheté dans votre wallet pour en avoir la pleine propriété. ( Retrouvez notre guide et analyse des plateformes d’achat et d’échange ici )
Lorsque vous souhaitez utiliser la blockchain, vous allez donc faire une demande de transaction (achat, vente ou transfert). Les informations relatives à votre demande de transaction (identité numérique, montant de la transaction, destinataires, dates…) sont transmises sur le ledger (la base de données distribuée) par hash cryptographique (méthode de cryptage).

Chaque bloc est vérifié par des nœuds du réseau appelés mineurs, selon différentes techniques (ou encore gouvernance/consensus) en fonction de la blockchain utilisée. La plus connu et rependu dont nous allons parler est celle de la blockchain Bitcoin appelé « preuve de travail ». Une fois que votre demande de transaction est envoyée sur le ledger, les mineurs vont s’empresser de vérifier la transaction. En effet, le mineur l’ayant vérifié le premier recevra la récompense de minage, soit une somme en crypto-monnaie pour son travail. Pour ce faire, le mineur doit résoudre un problème d’algorithme propre à la transaction et au code de la blockchain bitcoin. Une fois résolu, le mineur écrit son raisonnement « preuve de travail » sur la blockchain. Si le raisonnement est accepté par les autres mineurs qui vont vérifier la véracité du raisonnement, (et seront également récompensés pour ce travail), il sera inscrit de façon intemporelle sur la blockchain et la transaction sera effectuée.

21213

 

Définition imagée

Le cabinet de recrutement international Deloitte définit simplement la Blockchain comme tel: « Vous (un “nœud”) avez un fichier de transactions sur votre ordinateur (un “ledger”). Deux comptables du réseau (appelons-les “mineurs”) ont le même dossier sur le leur (donc “distribué”). Lorsque vous effectuez une transaction, votre ordinateur envoie un courriel à chaque comptable pour l’en informer.

Chaque comptable s’empresse d’être le premier à vérifier si vous pouvez vous le permettre (et est payé en “Bitcoins”). Le premier à vérifier et valider les engagements et exécute un “RÉPONDRE À TOUS” en joignant sa logique de vérification de la transaction (“Preuve de travail”). Si l’autre comptable est d’accord, tout le monde met à jour son dossier. Ce concept est rendu possible grâce à la technologie “Blockchain”.

L’application de la blockchain

Les fonctionnalités de la blockchain énumérées précédemment permettent une amélioration certaine dans le domaine monétaire, mais également dans de nombreux secteurs d’activité.
Nous pouvons commencer par citer le domaine agro-alimentaire. Grace à la blockchain, les entreprises pourraient avoir une traçabilité infaillible sur la production et la distribution de leur produit. Lors du scandale de la viande de cheval trouvé dans les lasagnes Findus, l’entreprise n’a pas été capable d’identifier quels produits étaient impliqués et n’ont donc pas pu les retirer de la vente. Ils auraient pu les identifier immédiatement avec la technologie blockchain et éviter un scandale d’une telle ampleur.

Un second exemple avec Carrefour, qui propose dans certains de ces magasins de vérifier par l’intermédiaire d’une application, où a été produit l’aliment, avec quels ingrédients, et tout cela sur la blockchain ce qui permet d’avoir des informations exactes et infalsifiables.

Les précurseurs la blockchain

Les secteurs d’activité sont nombreux :

  • Le secteur du luxe ou du vin, pour permettre la lutte contre la contrefaçon, qui est un manque à gagner de plusieurs millions d’euros par an pour les entreprises du secteur ;
  • L’assurance pour automatiser les conditions et termes d’un contrat sans intervention humaine ;
  • Le secteur de la santé est touché par un nombre important de faux médicaments en circulation, l’Organisation Mondiale de la Santé estime que 700 000 personnes décèdent chaque année à cause des médicaments contrefaits

Nous pouvons également citer la banque, le commerce international et la supply chain, immobilier, le secteur de la musique et du cinéma
La blockchain permet également d’entrevoir un web 3.0, celui du web décentralisé et une nouvelle économie, la tokenization.

La liste est encore longue mais l’application d’une technologie aussi disruptive ne se fera pas sans rencontrer de nombreux défis juridiques, écologiques, ou encore économiques.

 


Vous souhaitez en apprendre plus? Retrouvez nos articles en lien avec ce sujet :

“Le Mining c’est quoi?”
L’histoire du Bitcoin et de la blockchain”
“Le Mining c’est quoi”

“Comment lire un graphique boursier”

Share This